Un thé marketingo-surréaliste avec … Honoré de Balzac.

Moi aussi j’ai eu envie de prendre un thé avec un écrivain !

Mais comme j’aime pouvoir effectuer un choix j’ai sélectionné le mien : tout ce qu’il y a de plus mort (comme ça pas besoin de l’accord de son attaché de presse ni de souci de date), tout ce qu’il y a de plus talentueux (selon mon goût en tout cas) et surtout grand buveur de café (ainsi, en bonne sadique, je vais l’obliger à me regarder boire du thé, et oui…les écrivains décédés en 1850 ne peuvent pas le boire eux-mêmes…pas comme Steve McQueen qui peut conduire une Ford des décennies après sa mort ou Salvador capable d’entonner un duo avec la très sonore Céline Dion, le pauvre Joe Dassin avec Hélène Ségara ou Fernandel qui embrasse Boujenah grâce au pouvoir résurrectionnel de l’huile d’olive Puget) .

Ce sera toi, unique et magnifique Honoré.Toujours dans mon salon dans son cadre à grains que j’avais choisi pour évoquer le fameux café qu’il engloutissait par litres chaque nuit.

Balzac

Et comme j’aime avoir le choix, je choisis de boire un bon thé avec lui, celui de What Cha, le Ruby aux notes de Moka, pour lui rendre un bel hommage un peu « café ». Avec des ustensiles hyper démodés comme lui et moi : une théière, une tasse.

Seule concession à la modernité : la bouilloire à température variable. J’hésite à vous communiquer la marque de ma bouilloire mais vu que Riviera & Bar ne me paie pas pour du placement de produit et bien je ne vous le dirai pas.

Balzac 1

Je m’interroge aussi…comme toute personne XX…je dois me demander quelle tenue je dois porter pour une Tea Party (oui, c’est obligé…hein… on n’arrive pas boire du thé comme ça, en mode cheveux gras « come as you are » de Nirvana). Heureusement que les journaux comme Anne-Princesse ou Joylita m’aiguillent avec bonté vers des tenues adaptées à tout budget et morphologie.

Mon thé est prêt, les feuilles se déplient. Et oui…une feuille de thé ça se déplie comme une page de livre se tourne.

Taiwan Sun Moon Lake Ruby Black Tea 4

Après, oui, je pourrais lire sur une liseuse ou boire du thé en capsule. Après tout, je fais bien parfois mon matcha au blender.

Mais, sur ma liseuse, si l’on devait absolument m’obliger à lire un magazine dit féminin, je préfèrerais y voir Causette plutôt que Joylita ou Anne-Princesse.

Et dans ma tasse, point de thé en capsule. J’assume un côté vieux con. Boire le thé, c’est prendre le temps… alors, si je n’ai pas le temps, je ne bois pas de thé.

Publicités

21 commentaires sur « Un thé marketingo-surréaliste avec … Honoré de Balzac. »

  1. Mais quelle bonne idée d’avoir choisi Honoré de Balzac ! On site toujours sa consommation de café, mais plus personne ne se souvient qu’en 1839 il parlait du thé dans son « Traité des excitants modernes » où il le classe parmi les cinq substances qui peuvent modifiés les sociétés humaines de manière inappreciable (les quatre autres sont l’eau-de-vie, le sucre, le café et le tabac).

    Moi aussi je prends le temps de boire mon thé et donc quand je n’ai pas le temps je n’en bois pas (à mon grand regret, je dois l’abandonner le matin en semaine parce qu’il est incompatible avec mon train de 4h35…). Ma théière en fonte peu semblée désuète mais ce n’est sûrement pas le cas de celle en verre borosilicate donc le nom seul évoque pour moi la modernité ! Tout cela peut effectivement paraitre con à certains, mais je leur interdis de nous traiter de vieux !

    J'aime

    1. c’était soit Dostoïevski soit Balzac et comme Balzac est toujours dans mon salon, c’était facile 🙂
      Malgré mon mémoire sur Balzac à la fac je ne savais pas avant hier qu’il avait parlé du thé, et tu me le dis aussi aujourd’hui ! ignorance réparée donc.
      4h35 ça tape…c’est super tôt ! ça ne te tente pas les thermos spéciales où infuser le thé ?

      J'aime

      1. Je me demande quelle folie douce pouvait te pousser à avoir un portrait de Balzac, mais si c’est un mémoire, tout s’explique. Cela dit, tu peux garder Fiodor Mikhaïlovitch pour la prochaine fois, car j’imagine qu’il devait utiliser un samovar, qui dans le genre de matériel obsolète n’est pas mal non plus. Et dans les « Mémoires écrits dans un souterrain », son héros s’exclame « Que périsse le monde, pourvu que je boive mon thé ! ».

        Sinon je travaille depuis deux semaines pour une honorable administration qui permet à ses employés de partir tôt s’ils arrivent tôt donc comme j’en abuse, ce qui explique mes horaires de train. Mais je te rassure, parfois je m’accorde une grasse matinée en prenant celui de 5h44. En bon fonctionnaire je me suis mis au café, mais je réfléchis à tenter de convertir mes collègues au thé 100% feuilles et bourgeons sans sachet autour. Donc je note ton idée de thermos, merci.

        J'aime

      2. Mémoire bien rangé et achevé depuis bien longtemps mais j’ai gardé mon Honoré qui m’avait permis de décrocher ma mention Bien 🙂 Je vais m’acheter un samovar donc pour picoler avec Fedor la prochaine fois 🙂

        J'aime

    2. Vos commentaires à tous les deux m’ont bien fait rire mais je tenais aussi à vous remercier pour avoir élargi ma culture générale car je ne savais pas ce qu’etait un samovar!

      J'aime

      1. Je trouve quand même qu’ils ne se facilitent pas la tâche, les russes mais je dois bien admettre que l’objet est beau et intrigant. Isaure, je me suis posée la question de savoir si ça coûtait cher un samovar pour mettre dans mon salon! Lol! On a déjà un gramophone, il ne manque plus que le samovar pour réunir nos 2 passions avec mon barbu! ^^

        J'aime

  2. Et donc, nous sommes également des vieux cons avec notre matériel désuet!
    Personnellement, je n’ai jamais goûté le thé en capsules et il ne me viendrait même pas à l’idée de préparer mon thé de la sorte. Le Tea Time, comme j’aime à le nommer avec ma soeur, est un moment en suspens dans le temps. Un moment de grâce où rien ne peut venir vous perturber, comme une bulle qui vous enveloppe et vous déconnecte du monde.
    Et les magazines féminins… Ca sert à quoi au juste?
    Merci Laetitia pour ce petit moment de poésie.

    J'aime

    1. les magazines féminins sont des usines à créer de la frustration selon moi.
      Comme toi , pour moi boire du thé c’est se préserver des bruits et ennuis extérieurs. Pas envie qu’on prépare automatiquement mon infusion, j’ai aussi envie de pouvoir me tromper et découvrir des choses intéressantes comme un thé qu’on infuse 20 minutes et ne devient pas amer !

      J'aime

      1. Exactement! Ahaha, je me souviens de ce fameux thé sur-infusé! XD Et puis, c’est important de pouvoir agir sur certains paramètres pour adapter le thé selon nos goûts! Vive la désuétude et à bat la culpabilité engendrée par les magazines féminins!

        Aimé par 1 personne

  3. Ah… Voilà pourquoi j’aime ce blog. Et puis Balzac ❤
    Merci pour la jolie prose et les jolies photos. Et les épines parfois. C’est rafraichissant !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s