Test – Little Bouddha – Chakaï Club

Je poursuis l’exploration de ma commande Chakaï Club pour aller à la rencontre de ce blend thé vert Sencha de Chine  et thé blanc Pai Mu Tan (moi je dis Bai Mu Dan mais bon…c’est encore une de ces fameuses variantes en chinois qui me rendent dingue parce qu’ensuite je me mélange les idées…je crois qu’il s’agit d’un autre thé etc…mais donc Pai Mu Tan = Bai Mu Dan pour résumer  !)

Little Bouddha - Chakaï Club

Au nez, ce thé est aromatisé de façon naturelle et subtile, raffinée, les agrumes et la citronnelle ont la part belle olfactivement parlant.

Infusion de 3 minutes à basse température pour ne pas brusquer le thé blanc, 65° – Chakaï conseillait 70 à 80° mais j’ai été précautionneuse.

La feuille mouillée s’est unifiée, tout est presque du même vert à présent et un peu gonflé, sans plus.

Little Bouddha - Chakaï Club 1

La liqueur est d’une grande pâleur, à peine jaune.

Little Bouddha - Chakaï Club 0

Le blend est aromatisé à la citronnelle et accompagné joyeusement d’écorces de citron, de morceaux de vanille et de quartiers de figue d’après le descriptif de la marque.

Dans mon sachet, pas de morceaux ni d’écorces. Mais le citron ressort bien toutefois avec une pointe bienvenue d’acidité qui bouscule un peu la tranquille et  bien assise citronnelle. Je n’ai pas distingué la figue et à peine la vanille.

Little Bouddha est, comme Figoolong, un thé à l’aromatisation réussie qui laisse les 2 bases de thés utilisées s’exprimer. Il est très rafraîchissant chaud, j’imagine à quel point il doit être sympathique en infusion à froid. J’essaierai dès que les températures se décideront à plus de clémence.

Little Bouddha - Chakaï Club 2

Mode de préparation : à l’occidentale, en théière tetsubin

Température de l’eau : 65° c

Temps d’infusion :  3 minutes

Prix de ce thé :  2,50 € les 20 g en vrac

Où  l’acheter: ici chez Chakaï Club

Publicités

6 commentaires sur « Test – Little Bouddha – Chakaï Club »

  1. Je suis toujours perplexe devant les mélanges de plusieurs types de thés différents qui n’ont donc pas les mêmes caractéristiques d’infusion. Cela dit, on dirait que le méchant sencha chinois n’a pas le temps de sévir à 65°, c’est bon à savoir.

    Sinon, ne fait pas attention par Bai Mu Dan et Pai Mu Tan, c’est bien le même thé (« pivoine blanche » en français), la différence vient de l’utilisation de deux systèmes pour transcrire les caractères chinois en alphabet latin. C’est la même chose avec le Long Jing qu’on retrouve parfois sous le nom de Lung Ching.

    Bai Mu Dan, c’est le système Pinyin, tandis que Pai Mu Tan, c’est le système Wade. C’est maintenant le Pinyin qui est le plus utilisé parce qu’il est promu officiellement par la République populaire de Chine. Donc même s’il n’y a pas vraiment d’erreur avec le système Wade, je préfère personnellement le Pinyin.

    J'aime

    1. Bai Mu Dan c’est donc le « white Peony »anglo-saxon donc ? car ayant plutôt appris le thé sur Steepster je suis très « Dragon Well » pour le Long Jin etc… hélas la langue de Shakespeare me parle plus à l’oreille que le chinois 😦

      J'aime

      1. Exactement ! Si en français on garde les noms chinois, en anglais par contre ils n’ont pas peur de traduire. Ou de deformer les noms, comme par exemple Keemun pour Qimen

        J'aime

      2. la fameuse appropriation par la culture chère à nos amis anglophones…ça marche sur moi en tout cas pour la facilité des sonorités reconnues dans une langue que j’ai apprise.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s