Test & Avis – ShiraKawa Gyokuro – Rishouen Tea

Gyokkkkkkkkuuuuuuuuuuuroooooooo. Ce mot sonne comme un cri de guerre parfois et même s’il signifie ronde goutte de rosée, ce thé crée des envies bien plus frénétiques que romantiques.

Un besoin urgent de se procurer et d’extirper ces feuilles, fébrilement, du sachet.

Les sniffer et ressentir leurs notes végétales et marines.

Frissonner en les regardant s’ébaudir dans la théière.

Observer leur coloris une fois infusées et les re-sniffer…. légumes cuits, me voici !

Verser vite le breuvage dans les tasses pour s’en imprégner la rétine – ici plutôt sirop d’orgeat.

Très sirop d’orgeat même. Troublée par tant de d’opacité ^^

Maintenir fermement la tasse, jeter ses lèvres sur la porcelaine d’Arita, choquer une incisive dans cette précipitation.

Enfin, sentir cette douceur infinie, moelleuse, beurrée mais légèrement, couler dans la gorge…que dis-je presque dans les veines !

Être totalement submergée par des saveurs marines de chair de poisson fin surpuissantes et de notes courgette et épinard hallucinogènes mais néanmoins plus discrètes.

Pointe finale en apogée sur l’umami.

Longueur en bouche planante et perdurante.

Merci Christelle D de m’avoir fourni cette fantastique dose !

Shirakawa est le nom d’une partie de la ville de Uji, près du monastère du Toganozan. C’est très petite zone de production de Gyokuro.

Mode de préparation : mode occidental en infusions longues et multiples en théière verre.

Température de l’eau : 60° c puis 70° et 60°

Temps d’infusion : 2 minutes puis 2,5 et 2 (3 infusions)

Prix de ce thé :  aucune idée

Où  l’acheter: ici chez Rishouen Tea

Publicités

10 commentaires sur « Test & Avis – ShiraKawa Gyokuro – Rishouen Tea »

  1. De rien Isaure toujours un plaisir de partager avec toi mes coup de cœur, et celui ci est format maxi ^^
    Je viens même d’en recommander ^^ Je peux donc te renseigner sur le prix, qui est très correct pour un gyokuro de cette qualité et récolté à la main : 2000 Yen (soit 17€20 au cours d’aujourd’hui) les 50g.
    Le plus simple pour commander reste de passer par Elsa Derrez sur Facebook, C’est elle qui est chargée de la vente à l’international. Leur site pour l’instant n’étant pas optimisé international. Elsa pourra envoyer les tarifs à toute personne désirant avoir les renseignements^^.

    J'aime

  2. C’est impressionnant cette couleur ! J’ai beau savoir que les thés japonais tirent sur le fluo, celle-là je ne l’ai encore jamais vue. Mais il faut dire aussi qu’au pays du soleil levant, je suis plus un connaisseur de sencha que de gyokuro.

    J’approuve le ton de ta description, parce que je connais ça aussi. Surtout le niveau hallucinogène des notes de légumes cuits, ça me fait le meme effet avec les thés verts de qualité lorsque j’arrive à les préparer exactement comme il faut (ce qui n’est hélas pas toujours le cas, sans compter que mon palais devient de plus en plus exigeant au niveau de la qualité…)

    Sinon, pour la traduction, moi je préfère « perle de rosée », c’est un peu plus poétique que « ronde goute ». Mais bon, ça vient peut-être du dialecte de Shirakawa…

    J'aime

    1. oui on trouve de nombreuses traductions encore une fois ^^ mais cette fois avec le japonais 😀 j’aurais du faire Langues O….(d’ailleurs oui j’aurais dû ! )
      C’est très addictif le thé japonais hein …mais comme toi je ne les fais pas toujours pile poil comme je les aime, ça demande de la persévérance l’infusion parfaite 🙂

      J'aime

      1. il y a différents dialectes dans le japonais et j’ai découvert que shirakawa se trouve dans la région du kansai, qui est justement célèbre pour le sien (de dialecte, donc). dans les mangas, on le traduit généralement pas un accent marseillais de pacotille mais en fait ça a l’air plus complexe que ça :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Kansai-ben

        sinon, l’infusion parfaite, ça reste un coup de chance. je suis certain que la météo et la direction vent influencent également et donc c’est compliqué à réaliser à chaque fois. et ça peut tomber d’un coup sans prévenir quand on ne s’y attend pas : j’ai une fois trouvé délicieux un lipton yellow label chez ma grand-mere, sans jamais plus réussir à le trouver, que ce soit avec cette piquette ou un autre thé noir, d’ailleurs

        J'aime

  3. Ahaha! J’ai l’impression de lire les émotions d’une droguée en plein shoot!! 😄 quand je pense que des gens se sont retrouvés à l’asile pour moins que ça!! Imagine s’ils avaient tenus des blogs comme le tien! Oo Ton Gyokuro me fait envie!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s