Test & Avis – Bourgeons du Laos – Thé-ritoires

Mon second thé de la maison parisienne se présentant comme vendeuse de grands crus. Aller je ne vais pas ménager le suspense ^^ ce thé est celui que j’ai préféré et il est bon.

Toujours des indications précises (sauf sur l’origine précise mais probablement des Bolovens) mais que je n’ai pas respectées.

On observe une feuille petite, torsadée, de coloris brun et la présence de bourgeons dorés.

L’odeur est boisée et chocolatée.

J’infuse à 90° mais 2 minutes seulement et non 5. L’eau se colore d’ailleurs très vite comme toujours avec ce genre de thés aux traitres bourgeons dorés.

Feuille mouillée très brune.

Les tasses peinent à contenir le thé.

On admire ce chocolat intense, hypnotique ^^

Et on goûte enfin.

C’est un bon Yunnan aurais-je envie de m’écrier si je ne connaissais pas son origine laotienne. Et bizarrement sur mon ticket de caisse il est écrit « Yunnan Impérial  » bon…quoi que tu sois cher thé… tu as un vrai goût de bon Yunnan !

Rond en bouche et sans astringence, il développe de façon très sûre ses arômes en couches successives : le cacao sec puis le chocolat poudré recouvrent la note de cœur, boisée et un peu terreuse.

Ce qui apporte une indéniable personnalité est une note brute et animale, un petit côté poney après la balade en forêt. La longueur en bouche est importante.

Convaincant. Je sais donc que je peux aller acheter du thé chez Thé-ritoires à défaut d’aller y boire un thé.

Mode de préparation : occidentale en infusions multiples, en théière en verre

Température de l’eau : 90° c

Temps d’infusion :  2 minutes puis davantage pour les infusions suivantes 4 infusions

Prix de ce thé :  10 € les 100 g en vrac

Où  l’acheter: chez Thé-ritoires

Test & Avis – Jade Pouchong – Thé-ritoires

Après mon passage plutôt raté dans cette maison, je me fais un de leurs thés mais cette fois à ma façon.

L’emballage est original notamment le choix de la fermeture par des attaches parisiennes.

Comme on le voit l’étiquetage de ce thé acheté en vrac aux 10 g est très précis : date de récolte, précision du pays d’origine (mais pas plus géographiquement) , dosage de feuilles pour quantité d’eau. Aucune info d’altitude, de Cultivar non plus. Pas de précision sur une culture biologique ou « raisonnée » alors que, d’après les dires de certains aficionados de la marque, leurs thés seraient issus de cultures sans pesticides.

Pour plus de précision, les Bao Zhong (ou Pouchong) viennent en général de la région de Whenshan, montagnes au sud de Taipei. Donc je vais partir sur l’idée que celui-ci vient de là aussi.

La feuille de ce Oolong (aussi appelé Bao Zhong) non roulé est assez longue et torsadée. J’ai beaucoup de petits morceaux de feuilles cassées dans mon paquet.

Ce thé est peu oxydé (moins de 10% probablement). L’odeur est végétale.

On demande une infusion à 75°, je m’exécute. Et ferai diverses infusions en gong Fu Cha.

La feuille mouillée exacerbe les notes végétales et en ajoute des fleuries.

La liqueur est d’un jaune orangé prononcé. La liqueur très légèrement trouble et semble épaisse.

La liqueur est effectivement onctueuse et la principale saveur est fleurie,très fleurie même.

J’ai fait 4 infusions de ce thé et mon avis est mitigé. Il est plus que correct et l’on retrouve les classiques saveurs du Bao Zhong : fleurs et notes herbeuses.

Mais je ne retrouve pas la  finesse de certains Bao Zhong pourtant modestes que j’ai pu goûter.

Ici les saveurs se compactent en un bloc floral mais il est difficile de distinguer les saveurs florales indépendamment. Je pense distinguer le jasmin mais pas d’autres fleurs avec certitude.

Ce sera donc un sympathique bouquet révélant une bonne longueur en bouche.

Pas mal donc.

Mode de préparation : Gong Fu Cha en théière yixing

Température de l’eau : 75°c

Temps d’infusion :  30 secondes puis 45 et 1 et  2 pour les suivantes

Prix de ce thé :  35 € pour 100 g en vrac

Où l’acheter : chez Thé-ritoires

Un Thé chez Thé-Ritoires – Un thé avec un renard ?

Dimanche dernier, je suis allée chez Thé-Ritoires dont j’avais tant entendu parler en bien. Le slogan au lancement de la boutique était « avez-vous déjà pris le thé avec un renard ? »

Le renard est le logo de la marque mais je n’apercevrai qu’une jolie peluche sur un fauteuil.

J’étais donc en confiance quasi totale lorsque j’ai passé la porte et cela s’annonçait très bien au vu de la très jolie boutique qui joue sur le vintage, l’esprit club anglais et brocante.

Accueil chaleureux, on nous a demandé où l’on préférait s’assoir et apporté une carte de type carte au trésor parchemin où des thés était proposés + une petite ardoise de suggestions d’autres thés. Immense majorité de thés natures, j’étais ravie.

On nous explique la carte, les types de thés, très bon accueil.

D’emblée je tique un peu sur le prix du thé mais après tout pourquoi pas puisqu’il s’agit de très grands crus sélectionnés avec soin.

Il manque des thés verts à la carte, quoi de plus normal à cette saison précédant les récoltes, aucun souci. J’opte pour un Taiping Houkui et mon ami pour un thé jaune.

je peux observer d’autres tables où je vois d’énormes théières (de plus d’un litre je pense) mais je me dis que ces clients ont dû choisir des thés parfumés.

En vision périphérique, je vois la préparation des thés de notre table et de celle de nos voisins.

Ce sera en grande théière. Je me dis alors qu’au final 15 € la théière est sans doute correct pour un très grand thé en grande quantité.

Je vois aussi le filtre utilisé….et là je tique. Il s’agit d’un filtre dit « chaussette » en tissu. Je suis très étonnée en imaginant mon Taiping Houkui passer par ce filtre… mais bon, j’attends de goûter.

On nous apporte les théières et des tasses en céramiques.

Je suis étonnée, il n’y a plus le filtre et on ne nous présente pas non plus les feuilles utilisées. Là je commence à être déçue car pour un lieu présenté partout comme une boutique où d’excellents crus rares etc… sont servis, je pensais qu’on laissait admirer les feuilles aux clients comme chez George Cannon – L’essence du Thé par exemple.

Mais bon…après tout Mariage Frères ne présente pas les feuilles… voyons le goût car au final il n’y a que ça de vrai.

Et c’est là que la déception se transforme en une sorte de colère froide. D’une la tasse est très chaude, surprise, généralement on n’a pas vraiment ça après s’être versé un thé vert.

De deux,le Taiping Houkui est un thé vert fin et raffiné mais là je détecte à peine une misérable note végétale dans un océan d’eau.

Je le fais boire à mon ami, après tout je peux avoir les papilles engourdies. A voir sa tête ce n’est pas le cas…

Je goûte son thé jaune : c’est mieux mais franchement pas transcendant, loin de là.

Il doit y avoir un gros souci de rapport feuille/eau et il y a un souci de température pour mon thé vert mais qui n’a pas été impactant.

Je suis agacée d’avoir emmené mon ami dans ce lieu que je pensais dédié au thé d’excellence et obtenir ce qui m’a été servi.

Du genre tenace, je me dis qu’on peut rater une infusion, voire 2, avoir choisi une mauvaise contenance de théière et un filtre pas terrible pour les thés natures mais sélectionner et vendre du bon thé.

Je vais donc au comptoir -où se trouvent de très jolies petites yixing qui seraient, elles, bien adaptées aux thés natures servis en salle -où je suis toujours très bien accueillie et apprends qu’on peut commander aux 10 grammes.

Ça c’est un point génial et très positif. Je choisis 2 thés (revues à venir) et demande où sont sourcés les thés de la maison.

C’est une question que je pose souvent en boutique et toujours sans malice et malheureusement parfois les gens paraissent la percevoir comme une quasi agression.

Ce n’est pas le cas ici et le jeune homme m’explique que c’est Arnaud Bachelin – le propriétaire des lieux- qui va les sélectionner directement auprès de petits producteurs.

Alors là… décharge de taser dans mes veines…je demande si c’est le cas pour tous les thés (car ils ont des origines diverses), je fais préciser « même pour le Japon ? » On m’assure que oui.

Je croise le regard de mon ami…ah non, il ne vaut mieux pas que je le croise !

Hum…Je ne connais pas le volume débité par Thé-Ritoires mais j’imagine alors que la société a des activités parallèles car il semble peu rentable de se déplacer dans divers pays d’Asie pour les seuls volumes d’une boutique et de multiplier les échanges avec des fermiers locaux. J’aurais plutôt pensé à des achats centralisés auprès de très bon grossistes asiatiques.

Je doute fortement mais après tout je ne connais pas la vie du fondateur qui est présenté sur le site de la marque comme expert et historien du thé et ancien archéologue.Toutefois sans plus de détails et je n’ai pas non plus trouvé de détails additionnels ailleurs sur le web à ce sujet.

Pour finir, j’aperçois un thé de Noël sur les rayons, je demande sa composition : orange et pomme, on me le fait sentir. L’odeur est entêtante et il reste l’équivalent de 2 cuillères à café dans cette boîte d’environ 100 g.

Je demande qui réalise cette composition parfumée pour Thé-ritoires.Le jeune homme pense que c’est 100% réalisé maison mais va chercher Arnaud Bachelin.

Celui-ci rectifie, non c’est une recette créee par Thé-ritoires mais réalisée en laboratoire. Mais il ajoute qu’il n’y a pas d’arômes dans cette composition, que des morceaux de fruits et de fleurs ajoutés. Je tique et demande « il n’y a pas d’huiles essentielles du tout ? » Non est la réponse obtenue.

J’ai acheté cette boîte qui ne comporte aucune indication de composition, le site ne donne plus aucune info sur les thés mais au vu du prix (16 € les 90 g) et de l’odeur d’une force exceptionnelle, des explications de l’aromaticienne de Dammann Frères et de celles des Jardins de Gaïa, j’ai là encore de très sérieux doutes.

Résumé –> Je ne suis pas une ayatollah du thé : pas de souci pour une grande théière, pas en gong fu cha ça m’est égal… mais le minimum c’est une infusion réussie surtout quand on pratique un tarif aussi élevé pour des thés dits triés sur le volet (pardon, achetés directement au petit producteur par un expert du thé).

J’ai 3 thés à tester, j’en ai goûté 2 – 1 correct et un vraiment bon. Je n’ai pas encore tenté le thé de Noël. Le souci semble donc se concentrer sur la dégustation en salon et sur le discours.

La boutique est très jolie à l’ambiance réussie et objets neufs et anciens chinés avec goût et on y bénéficie d’un très bon accueil.

Je vous invite donc à essayer cet endroit et à me donner votre propre avis.

Thé-ritoires

5, rue de Condé 75006 PARIS

01 42 03 31 51

Métro Odéon ligne 4 et 10

du mardi au dimanche de 11h30 à 19h30

compter entre 10 et 15 € la théière et 7 ou 8 € une pâtisserie